Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : La Mole, Le blog de asav-valleedelamole
  • : Défense de l'environnement dans le Var, vallée de La Mole près de Cogolin, Grimaud, Saint-Tropez - adresse mail : asav@hotmail.fr
  • Contact

Rechercher

Liens

11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 14:04
Plante du mois : le petit-houx

Le Petit houx, ou Fragon, ou encore Fragon épineux, est un sous-arbrisseau de la famille des Liliacées.

 

Le "Petit-Houx" ou Fragon épineux (Ruscus aculeatus)

 

 Vous l'aviez sans doute reconnu sur la petite carte de voeux de l'ASAV.

Sinon, nous vous proposons de faire plus ample connaissance avec cette plante, abondante en certains endroits de notre vallée.

 

    

  Il éclaire les sous-bois tout l'hiver

 

Le Petit-Houx pousse spontanément dans certains maquis et sous-bois d’Europe centrale et méridionale.

Dans la vallée de la Mole on le rencontre parfois mêlé aux autres plantes du maquis, chênes-lièges, chênes verts, bruyères arborescentes, cistes et myrtes, mais il préfère l’ombre, les fonds de vallée, les ravins, les bords des ruisseaux plus ou moins temporaires. Il ne pousse pas dans les endroits humides en permanence.

 

Plante du mois : le petit-houx

N.B. : En cliquant sur les images affichées, vous ferez défiler d'autres photos

 

Dans certaines zones de sous-bois ou en orée de clairière il peut constituer des peuplements denses d’environ 1 mètre de haut, piquants et difficiles à pénétrer.

 

Dès l’automne, ses tiges persistantes d’un joli vert franc se parent d’un air de fête avec ses boules rouges qui restent sur la plante tout l’hiver.

Plante du mois : le petit-houx

Autrefois dans notre région on le ramassait en grandes quantités pour l’expédier en Angleterre au moment des fêtes de Noël, où il faisait concurrence au Houx (Ilex aquifolium) plus traditionnel, mais de croissance très lente.

Aujourd'hui, on le trouve toujours chez les fleuristes, mais il doit normalement provenir de plants cultivés. Il faut savoir en effet que le ramassage des plantes sauvages pour les fleuristes est illégal dans le Var et la plupart des départements français..

 

♣♣♣♣♣♣♣

 

Description et particularités 

 

Le Petit-Houx pousse en touffes toujours vertes constituées de tiges rigides, nues à la base, très rameuses dans le haut, issues d’un rhizome souterrain résistant qui confère à la plante une grande longévité (plus de 100 ans d’après certains).

Plante du mois : le petit-houx
Plante du mois : le petit-houx
Plante du mois : le petit-houx

Les rhizomes (tiges souterraines servant de réserve)

 

Ce rhizome, fortement ancré par ses racines dans le sol et les interstices des rochers, permet à la plante, lorsqu’elle pousse à proximité d’un cours d’eau, de résister aux crues éventuelles, et de retenir la terre. Les peuplements denses de petit houx peuvent contribuer à ralentir dans une certaine mesure l’écoulement de l’eau et à protéger les berges sur lesquelles ils poussent.

Plante du mois : le petit-houx
Plante du mois : le petit-houx

Les rhizomes et les racines sont ancrés solidement dans le sol et maintiennent la terre, comme ici après une crue brutale du ruisseau voisin

 

Les réserves accumulées dans le rhizome permettent à la plante de repousser lorsqu’elle a été coupée, ou broutée par chèvres et moutons qui apprécient ses jeunes pousses.

 

Les petites « feuilles » alternes, de forme ovale, rigides, à la pointe piquante, ne sont pas de vraies feuilles, mais des rameaux aplatis appelés « cladodes ». Ce sont ces cladodes qui portent à leur face inférieure les fleurs puis les fruits. Les cladodes sont striées en long (nervures), ainsi que les rameaux et les tiges.

(N.B. : pour les botanistes, R.Aculeatus se distingue de R. hypoglossum [présent uniquement dans le Var], par ses cladodes à nervures simples alors que ceux de R. hypoglossum sont réticulés.)

 

La plante est dioïque, c'est-à-dire que les fleurs mâles et femelles apparaissent sur des pieds différents. C’est pourquoi certaines touffes portent de nombreuses boules rouges alors que d’autres en sont totalement dépourvues.

 

Les fleurs apparaissent de septembre à avril.  Autour de Noël le Petit houx est donc en pleine période de floraison.

Pour trouver ces fleurs, minuscules petites étoiles vert clair ou blanches au pistil mauve pâle, il faut examiner les rameaux jeunes : les fleurs sont fixées directement sur la face inférieure des cladodes. Chaque fleur femelle se transforme en une minuscule baie d’abord verte.

En cette période hivernale la plante (femelle) porte à la fois des baies mûres bien rouges, et, sur des rameaux jeunes, des baies vertes, des boutons floraux et des fleurs.

 

 

Plante du mois : le petit-houx
Plante du mois : le petit-houx
Plante du mois : le petit-houx
Plante du mois : le petit-houx
Plante du mois : le petit-houx
Plante du mois : le petit-houx

Fleurs, boutons floraux et  fruits sous les cladodes

 

Les baies rouges, appréciées de certains oiseaux mais toxiques pour l’homme, contiennent généralement deux graines de couleur beige, très dures. Ce sont les oiseaux qui les disséminent dans leurs fientes, ou bien les peuplements s'étendent lorsque les baies roulent le long des pentes ou sont emportées par les eaux de pluie.

 

♣♣♣♣♣♣♣

 

Une plante aux multiples usages

 

On a utilisé les tiges raides du petit-houx comme balai. Roulé en boule, séché, pointe des feuilles à l'extérieur, il aurait servi à récurer des casseroles, à ramoner des cheminées.

Les bouchers paraît-il en enveloppaient viande et jambons en train de sécher pour les protéger des souris, d'où le nom anglais de "butcher's broom".

 

Les jeunes pousses sont comestibles, crues ou cuites, comme des asperges sauvages. En revanche les baies sont toxiques.

 

C’est le rhizome du petit-houx qui concentre le plus de principes actifs : séché et broyé, il est utilisé depuis l’Antiquité pour soulager divers maux liés à des problèmes de circulation veineuse : jambes lourdes et hémorroïdes. Des études récentes ont confirmé ces propriétés diurétiques et vasoconstrictrices (réduisant le diamètre des vaisseaux sanguins), d'où le surnom de « plante des jambes légères ».

 

On reconnaît aussi à la racine des propriétés émollientes. On l’utilise dans des pommades pour les hémorroïdes ou les poches sous les yeux, le plus souvent en association avec d’autres plantes.

 

Le petit houx a également des propriétés apéritives et fébrifuges.

 

Même si le rhizome de petit-houx est peu toxique, séchage et dosage sont difficiles pour un amateur. Il existe maintenant dans le commerce des préparations pharmaceutiques et des compléments alimentaires plus faciles d’utilisation.

De plus, la cueillette du petit-houx est réglementée, voire interdite dans certaines régions.

 

En revanche, en récoltant quelques baies, vous pourrez l'acclimater dans votre jardin, si ses feuilles piquantes ne vous font pas peur. Les graines germeront au printemps, lorsque leur enveloppe coriace aura été ramollie par le froid et l'humidité.

♣♣♣♣♣♣♣

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Parfait,,
Merci
Répondre